SÉJOUR EN COTE D’AZUR.

MARCHE DE VILLENY.
14 février 2020
ASSEMBLÉE DÉPARTEMENTALE.
28 mars 2020

Carnaval de Nice, fête du citron de Menton et du mimosa à Mandelieu.

  

   Notre séjour en Côte d’Azur s’est déroulé du 19 au 24 février et, malgré un départ programmé très tôt, les participants étaient tous présents à l’heure. Le voyage s’est agréablement passé, les petits arrêts étaient tout de même les bienvenus pour se dégourdir les jambes puis, nous sommes arrivés à Menton, notre destination et avons intégré nos chambres respectives dans l’hôtel Riva sur le front de mer. Après s’être confortablement installés, nous sommes allés au restaurant « des artistes » pour le dîner.

   Le lendemain, accompagnés de notre guide Gilles, nous sommes allés à la découverte de Monaco qui est une principauté, un état enserré situé en bord de mer et entouré par les villes françaises de Cap d’Ail, Beausoleil, Roquebrune Cap Martin et La Turbie. Cette principauté dispose d’un accès direct à la mer et n’est pas, de ce fait, un territoire enclavé. Avec ses 2,02 Kms2, en partie gagnée sur la mer (et ce n’est pas fini) cet état se classe en deuxième position des plus petits états du monde, le premier étant le Vatican, mais avec 19000 habitants au Km2 c’est le pays le plus densément peuplé au monde. Nous longeons le musée océanographique et entrons dans la cathédrale pour y découvrir les nombreuses tombes de la famille Grimaldi dont celle de Grace qui est toujours et régulièrement fleurie, nous assistons ensuite à la relève de la garde devant le palais Princier juste avant d’aller déjeuner.

   Nous sommes de retour à Menton pour assister à la 87ème fête du citron, nous allons d’abord visiter l’exposition de personnages et motifs en agrumes dans le jardin Biovès et, ensuite, nous allons visiter le salon de l’artisanat et le festival des orchidées. C’est maintenant l’heure du repas et l’on doit se rendre au restaurant « la fabrique » mais là les difficultés apparaissent, notre restaurant se situe dans la zone délimitée de haute sécurité et Monsieur le préfet ouvre très grand le « parapluie ».  Ce Monsieur ne veut pas que l’on accède dans cette zone avant 19H30 avec fouilles et détecteurs, notre rendez-vous étant à 19H00, il nous faut donc attendre, à part une demi-douzaine d’entre nous qui sont passés avant 18H00. Avec le temps les choses s’arrangent et nous pouvons tout de même diner. Cette fête du citron qui date de la fin du XIXème siècle a été créée pour faire face à la rude concurrence du carnaval de Nice en mettant en valeur le citron, depuis les tribunes, nous assistons aux corsos nocturnes composés de magnifiques chars défilant dans les rues. C’est un évènement unique au monde qui attire chaque année plus de 200 000 visiteurs, il faut tout de même savoir qu’il ne faut pas moins de 200 Tonnes de ce beau fruit d’or pour aménager ces chars et l’année entière pour y réfléchir et les confectionner car tous ces agrumes sont fixés sur les chars avec des élastiques. Pour terminer cette soirée il nous est possible d’admirer, depuis les balcons de notre hôtel, le feu d’artifice qui est tiré sur la plage.

   Le lendemain, avec Gilles nous partons à Grasse pour la visite d’une parfumerie suivie, bien entendu, d’un passage obligatoire dans la boutique où chacun se laisse tenter. Après le déjeuner nous partons à la découverte de la corniche de l’Esterel, une des plus belle de la région et arrivons à Nice pour notre installation dans l’hôtel de la gare où nous y resterons jusqu’à la fin de notre séjour.

  Le carnaval de Nice est l’un des plus célèbres du monde Impressionnant d’esthétisme et de technicité avec ses chars surmontés de personnages géants, le Corso carnavalesque et les batailles de fleurs. Chaque année depuis 1873, ce spectacle singulier s’empare de la capitale azuréenne durant quinze jours, et pour cette 136 ème édition, le thème «roi de la mode» a été choisi, en hommage au designer couturier Karl Lagerfeld disparu le 19 février 2019, alors que le carnaval Niçois battait son plein.

   Pendant quinze jours, comme le veut la tradition, le « Roi Carnaval », monarque éphémère créé pour l’occasion, défilera à plusieurs reprises sous une pluie de confettis et d’acclamations, accompagné de son cortège de chars, de grosses têtes, de danseurs et d’artistes venus du monde entier. Nous avons admiré parmi les tableaux conçus cette année pour le corso: «Queen Coco et prince Karl dans son berceau», «Yves Saint Laurent et Karl Lagerfeld se disputant la couronne», «Sa Majesté Elizabeth II en reine du vintage», la méchante reine de Blanche Neige demandant qui est la plus belle en ce monde…Une cour fantaisiste, colorée, onirique, burlesque, qui revisitera l’histoire de la mode, ses coulisses et ses enjeux, avec parfois, cet humour grinçant inscrit depuis toujours dans la tradition du carnaval Niçois. Puis sa majesté, le Roi Carnaval qui sera détruit, brulé, et qui annoncera la fin de l’hiver.

   Après le petit déjeuner, nous partons pour faire un circuit dans le massif du Tanneron et visiter une forcerie de mimosa, apprendre l’histoire du mimosa mais pour cela nous devons nous séparer et nous répartir dans 3 mini bus car les pluies intenses ont provoqué des glissements de terrain et les véhicules de plus de 3,5 tonnes sont interdits. Intimement liée à l’économie locale, la traditionnelle fête du mimosa de Mandelieu la Napoule est l’un des éléments-phares de l’hiver sur la Côte d’Azur depuis 1931. Cette année le corso fleuri avait pour thème « La Belle Époque » et défilait sur la promenade du bord de mer. Depuis les tribunes, nous avons pu admirer, d’abord la reine du mimosa élue la veille et ses dauphines confortablement installées dans leur calèche, puis les 8 chars exclusivement habillés du mimosa cultivé sur le Massif du Tanneron accompagnés d’une dizaine de troupes de danseurs, d’acrobates et musiciens, près de 12 tonnes de mimosa local sont utilisées chaque année pour la confection des chars, des corsos et la bataille de fleurs.

   J’ai une pensée pour Maryse qui est tombée lourdement sur le trottoir au sortir de la bataille de fleurs à Nice, sécurité civile, médecin urgentiste, pompiers et hôpital… Nous avons effectués les démarches pour que Maryse soit rapatriée en compagnie de son mari Jean François, 2 fractures du bassin lui ont été détectées et je n’ai pas du tout partagé l’avis de l’hôpital qui ne trouvait aucun problème à ce qu’elle rentre par le car en notre compagnie..!…, je lui souhaite sincèrement un prompt rétablissement.

   Nous devons maintenant penser au retour, nous partons de Nice à 7H30 pour arriver à Saint Gervais vers 23H30. Au retour il nous a été agréable de nous arrêter dans une fabrique de nougat juste avant le déjeuner, les gourmands se sont ravitaillés.

   Il y a eu également des moments de bonheur car 2 anniversaires ont eu lieu pendant notre séjour; Nicole et Lucie ont eu droit à un petit présent que nous leur avons remis avec Alain (le barbu), un beau et grand nougat glacé avait également été préparé,  nous l’avons partagés avec tous les participants qui ont également tous bien apprécié ce dessert du déjeuner pris dans les environs de Montélimar, sur la route du retour.

   Je remercie tous les participants pour leur ponctualité de chaque jour et leur bonne humeur dans un groupe très homogène, Jean François pour sa conduite souple et sécurisante qui reflète parfaitement ce grand professionnel de la route, très ardent sur le klaxon quand il le faut, et Monique pour sa gentillesse, sa disponibilité et  l’organisation parfaite de ce séjour.

   Merci à tous.

Alain