MARCHE A CHAMBORD.

ASSEMBLEE DEPARTEMENTALE 2021.
16 novembre 2021

Marche de Chambord.

   C’est le 18 novembre dernier que s’est déroulée cette marche “royale” tellement attendue… En 2015 nous étions 70, en 2018 nous étions 72, allions nous battre ces records ? Oui,  et même explosé puisque nous étions 82. !… Il faut dire que les 2 parcours proposés de cette marche étaient superbes et très colorés par tous ces beaux feuillages d’automne.

   Dès 8H30 nous somme une trentaine à nous retrouver au parking P0, notre lieu de rendez-vous, puis nous partons en direction du château. C’est route de Muides/Loire que nous empruntons des chemins de sous-bois complètement « défoncés » par les sangliers. Au coin d’une allée des chauffeurs chargent leurs camions de grumes, de nombreux chênes sont allongés là et attendent d’être transportés. Nous sommes maintenant au pavillon de Saint Dyé et, au hasard d’une allée nous rencontrons la police à cheval qui fait sa ronde habituelle.

   Nous arrivons maintenant en vue du lieu-dit « l’Ormetrou » qui est un ancien clos de 6 ha, de la vigne y a été plantée et aujourd’hui, ce vignoble couvre plus de 14 ha d’un seul bloc. L’Ormetrou est une ancienne ferme où un nouveau chai a été construit pour la vinification sur place, il est adossé au mur d’enceinte avec vue sur le château, dans le corps de ferme un hébergement destiné à favoriser l’œnotourisme a également été aménagé. Un lieu consacré à la dégustation et à la vente est prévu également dans les granges adjacentes.      

  Puis nous longeons et découvrons un ouvrage hydraulique insolite connu sous le nom de « grand fossé ». La partie la plus spectaculaire se trouve le long du chemin piéton qui relie les routes de Huisseau/ Cosson et Bracieux, à proximité de l’étang de la Faisanderie. Il s’agit d’une tranchée atteignant jusqu’à dix mètres de profondeur, bordée de chaque côté par un haut talus constitué des matériaux extraits lors de sa construction, sur ces terres remblayées à dominante calcaire poussent les seuls hêtres de la forêt de Chambord ! Une essence que l’on a parfois tendance à confondre avec le charme, très présent lui aussi dans les sous-bois. La construction de ce fossé semble indiquer qu’il a été creusé pour détourner le Cosson de son cours naturel, en totalité ou en partie, dans le but probable d’assainir la zone marécageuse où le château était édifié.

   Autre solution possible : laisser les berges du Cosson se fendre, afin que l’eau s’écoule vers la forêt en cas de crue et que celle-ci serve « d’éponge ».

   Autre chose encore, dans la folie et les idées farfelues de François 1er, ce dernier aurait envisagé d’engager des travaux  pharaoniques afin de détourner la Loire pour que celle-ci puisse s’écouler autour du château…Comme les châteaux de ses « copains » (les rois)… Serait-ce les premiers « coup de pioche » ?

     Il ne s’agit là toutefois que d’hypothèses, aucun document écrit autre que des cartes d’époque ne permettent de les confirmer.

   Nous sommes maintenant à proximité du château et là, nous avons des difficultés à le distinguer, il est vrai que si le matin il régnait un beau soleil, ce dernier a vite été masqué par un épais brouillard. Nous retrouvons l’autre groupe à proximité de la billetterie et, ensemble nous nous dirigeons vers le parking pour rejoindre ensuite le restaurant de Saint Dyé/Loire « le secret  de cuisine », où un solide repas nous a été concocté, ce moment de convivialité se passe dans la joie et la bonne humeur comme d’habitude.

   L’heure est maintenant venue de se séparer, à grand regret nous devons nous quitter en gardant à l’esprit la date de notre prochaine marche, et dernière de l’année, qui se déroulera le samedi 11 décembre, par une visite insolite de Blois et ses illuminations en compagnie de l’ASPTT, le départ se fera de 16H00 à 17H00 au jardin des lices.

Alain G.