LES BODIN’S A LA FERME.

LES MARCHES NORDIQUES.
18 août 2021

Spectacle « Les Bodin’s grandeur nature » en plein air.

   Nous sommes partis de Saint Gervais comme prévu à 20H00, les 47 participants étaient déjà tous là, arrivés vers 19H30 pour la plupart… Et c’est Notre chauffeur du jour, Philippe, qui nous a conduit sans encombre jusqu’à la ferme des Souchon sur la commune de Descartes.

  Ce que nous avons vécu ce 21 juillet est bien une première concernant les sorties organisées par notre association, puisqu’il a fallu appliquer les toutes dernières nouvelles directives du gouvernement en ce qui concerne le pass sanitaire avec le contrôle d’un certificat de vaccination complet pour les uns ou d’un test négatif RT-PCR ou antigénique de moins de 48H00 pour les autres, tout cela s’est fait dans le calme avant notre descente du car.

    Les Bodin’s ont repris les représentations de leur spectacle « Grandeur nature en plein air » qu’ils jouent depuis 15 ans. Vincent Dubois et Jean-Christian Fraiscinet accueillent chaque soir 960 personnes dans la ferme de Maria et Christian à Pouziou les 3 Galoches. Ces 21 représentations programmées en juillet, à guichet fermé, drainent 20000 personnes chaque année et marquent le retour des Bodin’s sur scène, il faut savoir que la plupart des gens, dont nous faisons partie, ont acheté leur place en 2019 pour les spectacles de 2020 qui ont été repoussés cet été à cause de la pandémie.

  Le spectacle débute avec Maria qui flingue le coq « Sarko » beaucoup trop bruyant à son goût et, sur la question que lui pose Christian « Ben qu’est-ce t’as fait M’man ? », elle lui répond qu’elle a « procédé à un licenciement et que demain Sarko sera beaucoup mieux à  nager la brasse coulée dans 3 litres de pinard »  … Et c’est maintenant « la petite tisane du soir qui a fait son effet » durant la nuit, Maria déverse le contenu du pot de chambre moitié rempli sur le tas de fumier…Et là, le ton est donné avec un spectacle actualisé.

   La situation est la suivante, pendant les vacances, Julie, jeune parisienne qui fait les 400 coups et le désespoir de ses parents, est placée chez des cousins éloignés les Bodin’s… La mère Maria qui est une mamie ravageuse et autoritaire de 87 printemps et son fils Christian,  un grand benêt de 50 ans vivent au milieu de leurs bestiaux, chez eux dans leur ferme, Maria n’a pas l’intention de se laisser marcher sur les charentaises par cette effrontée venue de la capitale… C’est d’ailleurs ce qui arrive quand celle-ci crache sur Maria qui, immédiatement lui en retourne une, juste histoire de « se calmer l’agacement »…

   Nous y retrouvons également la machine à faire les fromages directement branchée sur le pis des chèvres et toutes les misères que Maria rencontre à cause de la négligence de Christian qui finalement met le feu à la machine infernale.

   Parmi les animaux, nous y retrouvons Macron le jeune bouc et la vieille chèvre Brigitte…, Mélenchon le Beaudet qui fait des déjections partout, à se demander s’il n’a pas plusieurs trous du c……, Balkany le cochon au cul noir, ce qui est étonnant pour un champion du blanchiment…, DSK en compagnie de la Noire qui n’est pas toute blanche dans cette affaire…et quand Christian, élégamment habillé, part à la fête du 14 juillet du village, il ressemble à Castex… C’est-à-dire à rien…!.

   La basse-cour s’est enrichie de deux dindons « Astra » et « Zeneca » … Les allusions à la situation sanitaire sont nombreuses, comme lorsque Maria s’en prend à son fils en lui disant : « Comment tu veux changer de masque toutes les quatre heures quand t’es même pas fichu de changer de slip toutes les semaines ».  Puis c’est aussi les accrochages avec la maréchaussée car Maria ne porte pas de casque sur son solex  «les casques c’est comme les képis, ça empêche le cerveau de se développer» répond Maria. Puis le garde-chasse, le facteur, le contrôleur des services sanitaires  etc… Ils y ont tous droit et en prennent tous pour leur grade.

   Durant les 20mn d’entracte il nous était possible de nous restaurer et de nous rafraîchir puis, le spectacle reprend et nous replonge dans cet univers serein et insouciant où les répliques fusent à un rythme très soutenu pendant encore une bonne heure et c’est le final. Puisqu’il est impossible de fabriquer des fromages à cause des normes européennes imposées Julie, jouant de ses relations, créé un site pour vendre des fromages partout dans le monde et ce marché fonctionne du tonnerre… Tout est bien qui finit bien.

   Vincent et Jean Christian, redevenus eux-mêmes, nous expriment la joie qu’ils ressentent de rejouer devant nous et nous présentent une partie des assistants qui participent aux préparatifs de leur spectacle, ils sont une centaine de personnes (parking, placiers, barman, vendeurs de souvenirs, pompiers etc..) et les contrôleurs de pass sanitaires ainsi que le médecin présent. Ils regrettent de ne pouvoir faire une séance de dédicaces car ils adorent ces moments-là, mais il faut rester prudent.

   Nous apprenons également que leur tournée prochaine, dans tous les zéniths de France, est déjà programmée ce sera donc 10 semi-remorques qui vont s’élancer sur les routes à partir de début septembre.

   Ils ont également tournés leur troisième film qui sortira le 17 novembre : « Maria et son fils en Thaïlande », Là-bas Christian  va se créer de gros ennuis… Dans ce pays où les deux roues motorisées sont nombreuses, gageons que Maria Bodin trouvera de quoi remplacer son légendaire Solex !

   Pour cette sortie j’ai eu la joie d’accueillir 4 nouveaux adhérents : Claudette et Christian, Misette et Bruno je leur renouvelle mes souhaits de bienvenue. Je regrette l’absence de Nicole et Manuel qui ont confondu la date et, Béatrice qui était souffrante mais qui,  à ce jour, est mieux.

   Le retour se fait en toute quiétude, nous sommes à Saint Gervais vers 3H45 et le groupe se disloque, chacun rejoint son domicile. Je tiens à remercier les participants pour la confiance qu’ils m’ont témoignée lors de cette sortie, à bientôt.

Alain G.